Nos articles
L’élevage à la main de caiques

logo Pourquoi élever à la main ?
Chez certains psittacidés il est parfois nécessaire d’aider les parents qui ne savent pas élever leurs petits. Certains parents tuent les oisillons par peur ou parce qu’ils sont dérangés. D’autres commencent à nourrir et abandonnent leur progéniture après quelques jours.

logo Comment?
Cette manière de procéder est un peu délicate mais comme pour tout c’est la pratique qui aide.
Un sujet élevé à la main (eam) sera « imprégné de l’humain » et beaucoup plus calme avec son maître. Chaque spécimen peut avoir un comportement différent.
Lorsqu’il deviendra adulte en période de reproduction, il sera plus calme mais n’aura pas peur de l’homme et défendra son nid avec plus d’agressivité. Un sujet eam remis en volière au sevrage deviendra plus indépendant et un peu plus farouche.

logo De la disponibilité
L’ « eam » demandera beaucoup d’attention et une grande rigueur car il faut savoir que les distributions de nourriture commencent vers 4 heures du matin pour se terminer vers 23 heures.

logo Expérience d’élevage à la main du Caique à tête orange (pionites leucogaster xanthomeria)
A la suite de l’abandon des parents, l’oeuf fut mis en incubateur à une température de 37° et une hygrométrie de 42%. A 26 jours le bêchage commençait.
[singlepic id=122 w=150 h=118 float=right] En moyenne il faut compter jusqu’à un maximum de 48 heures entre le début du bêchage et l’éclosion. Lorsque l’éclosion dépasse 30 à 35 heures il sera nécessaire d’aider le petit à sortir de la coquille. Il sera disposé et placé en éleveuse à 37°5 pendant 2 jours puis 35° à partir du 3ème jour, dans un godet individuel avec papier essuie-tout, corps et tête droite (non allongé) afin d’éviter le refoulement de la nourriture. Mouvements restreints grâce au papier. Deux heures après la naissance, le premier repas sera constitué d’une mesure de probiotique avec 6 volumes d’eau de Volvic, ceci durant la première journée. Le régime alimentaire avec la pâtée d’élevage pour perroquet commencera mais à des proportions très faibles (1 volume pâtée, 6 d’eau) ceci de 4h du matin à 23 heures, toutes les deux heures, pendant les six voire les dix premiers jours. La température de la nourriture sera de 36° à 38°, elle pourra être diminuée au fur et à mesure de la croissance. A la fin de la première semaine la consistance doit être similaire à une pâte liquide à « crêpes ». Le nourrissage doit être arrêté lorsque la pâtée atteint la moitié de la longueur du cou. A une huitaine de jours le petit commence à se tenir sur ses pattes à certains moments. Le baguage sera effectué (diamètre 7.5) aux environs de 18 jours, les yeux commenceront à s’ouvrir. La dose de pâtée sera augmentée progressivement, la température de l’éleveuse sera baissée lentement pour arriver à 4 semaines à 26/28°. La cadence des repas sera de 5 par jour (de 7h à 23h). Le deuxième repas du matin est rapproché à cause de la longue nuit et ensuite selon la vidange du jabot. La consistance d’une compote étant obtenue à environ 4 semaines. Il est conseillé de faire attention de ne jamais sous nourrir pendant la 2ème semaine (phase de croissance optimale).

30e jour La capacité du jabot est maximale à la 3ème semaine. Petit à petit l’oisillon s’emplumera et poussera régulièrement. La température sera baissée avec la progression du plumage pour arriver à celle de la pièce aux environs de 8 semaines pour obtenir 21/22° A 8 semaines la cadence de distribution de pâtée sera de 4 fois par jour (de 7 heures à 21 heures) jusqu’au début du sevrage que j’effectue aux environs et selon les sujets de 11 à 13 semaines. Il sera, à ce moment, retiré de l’éleveuse et placé dans une cage du type cage à cochon d’Inde, très pratique pour le nettoyage. Le début du sevrage verra une modification du régime alimentaire par une nourriture composée de fruits en petits morceaux, carotte râpée, pâtée à l’œuf, graines trempées et maïs cuit. Un peu d’eau dans un auget. Durant ce sevrage je lui mets à disposition une petite boite en bois dans laquelle il aimera se mettre pour la nuit. Pendant le début de son indépendance je supprime les repas intermédiaires, sauf nécessité, et maintiens celui du matin et du soir, pour ne garder que celui du soir, jusqu’au moment où il commence à manger suffisamment.
La croissance du Caique est assez longue, parfois il faudra attendre 4 mois pour le sevrage ! Certains sujets peuvent être sevrés plus rapidement, mais cette opération ne doit pas être bâclée
La coloration de la tête et du ventre ne deviendra effective qu’après plusieurs mois, voire un an. La distinction des sexes n’est pas visible, il sera nécessaire de procéder à un sexage par ADN . De nombreux laboratoires sont spécialisés dans ce domaine.

 

logoRecommandation

Le caique est un petit perroquet particulièrement long à sevrer, surtout par rapport à certaines espèces comme le Youyou (Poicephalus senegalus) par exemple.

Le caique est un oiseau très caractériel, très nerveux et qui peut se stresser facilement lorsqu’il se retrouve dans un nouveau milieu, mais aussi très susceptible sur la manière dont on le traite. De ce fait nous vous mettons en garde de faire très attention si vous devez acquérir un sujet, qu’il soit bien et totalement sevré. Il est donc fortement déconseillé de se lancer avec ce petit perroquet dans une aventure qui saurait vite se transformer en catastrophe.
Dans le cas ou vous auriez déjà réalisé de l’élevage à la main et que vous suiviez les instructions de l’éleveur sur la quantité, la qualité, la marque de pâtée, etc.… vous aurez moins de soucis mais si vous n’avez pas la pratique ne vous faites surtout pas la main sur un caique en voie de sevrage, vous risqueriez trop d’être déçu !
Il faudra donc, si votre choix se tourne vers un petit Pionites, le prendre à un minimum de 12 à 14 semaines, selon les sujets.

Related Images:

[Not a valid template]

Commentaires fermes.